XLCR-1000 : Caviar On Wheels

DSC_3123

Au cœur des années 70, Harley-Davidson se trouve à la croisée des chemins.

La marque de Milwaukee est en grande difficulté.

Elle s’associe avec l’industriel A.M.F.

La production gagne en volume ce qu'elle perd en qualité et en fiabilité.

Bien que soutenu par les marchés publics de la police et de l’armée, le constructeur U.S. peine face à une concurrence japonaise qui ne cesse de gagner du terrain.

Les fabricants nippons s’adaptent, vite et bien, aux conséquences des chocs pétroliers successifs.

Leurs modèles 2 temps, ludiques mais gourmands en carburant, sont progressivement remplacés par de grosses cylindrées à moteur 4 temps, plus économes, moins polluantes et mieux vendues.

Pour survivre, Harley-Davidson doit à la fois, moderniser sa gamme et renouveler son outil de production.

Tous deux obsolètes.

La clientèle U.S. se détourne des modèles H-D : trop chers, peu innovants, passés de mode.

DSC_3153

C'est dans ce contexte qu'est présentée la XLCR lors de la Bike Week de Daytona, début 1977.

L'accueil est bon de la part du public, tout acquis à la cause de la marque, comme de la part de la presse spécialisée.

La XLCR fait figure d’exception dans cette période délicate que traverse la marque.

Elle reprend le V-twin fonte à 45° de 997,5 cc - refroidi par air, à deux soupapes par cylindre.

Et surtout, la XLCR aborde un genre nouveau, atypique : le Cafe Racer.

DSC_3225

Elle privilégie le look à l’efficacité :

- livrée noire intégrale

- petit réservoir effilé d’une contenance de 15 L, avec emblèmes H-D à l’ancienne, vissés, en laiton

DSC_3179

- coque de selle monoplace en polyester se prolongeant par un long becquet, style Fastback

- saute-vent minimaliste, solidaire des tés fourche

DSC_3217

- garde-boue AV type racing, en polyester

DSC_3191

- finition noire "granuleuse" du bas-moteur, dite "Wrinkle Finish"

DSC_3207

- roues à 7 branches en alliage léger, fabriquées par Morris

- freins à double disque à l’avant, de marque Kesley-Kanes, de 254 mm de diamètre – une première sur une Harley-Davidson

- étrier à 2 pistons, simple disque à l’arrière

Avec la XLCR Harley s’ouvre aux sous-traitants japonais :

- fourche télé-hydraulique et combinés amortisseurs réglables en 5 positions conçus par Showa, fournisseur habituel du n° 1 mondial Honda

- carburateur de 38 mm de marque Keihin

Si la XLCR revêt une allure sportive, elle n’en a pas pour autant les performances.

La puissance culmine à 68 CH à 6 200 tr/mn, avec son échappement spécial dit "siamois" qui lui apporte un gain de 5 CH supplémentaires par rapport au Sporster de la gamme.

Le couple maxi s’établit à  52 lb-ft à 3800 tr/mn.

DSC_3209

Et surtout, la XLCR est vendue à un prix … très élevé.

Trop élevé : 3 600 $ chez les revendeurs U.S.

La clientèle traditionnelle a perdu confiance dans les productions H-D des seventies, qu’elle juge peu fiables et peu performantes.

Les acquéreurs potentiels sont déroutés par ce Cafe Racer au look exclusif et à la selle monoplace : un engin pensé pour de très courts trajets urbains plutôt que pour de longues distances inter-états.

Le tarif affiché est carrément dissuasif pour un modèle aussi atypique.

Même et surtout s'il est en avance sur son temps.

Les quelques 3 100 exemplaires fabriqués sur deux années de production, 1977 et 1978, ont du mal à trouver preneurs.

En France, la XLCR est proposée au tarif de 26 880 F.

Une Kawasaki Z 1000 est vendue 19 500 F, une Honda GL 1000, 20 400 F, une Yamaha 1100 XS, 22 200 F.

 

Comme souvent, l’échec commercial se transforme, avec les années, en phénomène de collection.

La XLCR est une moto rare.

D’origine et peu kilométrée, rarissime.

Avec son look incomparable, reconnaissable au premier coup d’œil, la XLCR renvoie une image exclusive, élitiste.

Celle d’un initié.

 

Au début des années 80, la marque se sépare d'A.M.F.

Harley-Davidson est reprise par un pool de salariés et soutenue par l’administration Reagan.

Elle va se reconstruire et parvenir à se forger une nouvelle image.

Plutôt que de chercher à concurrencer les japonais sur leur terrain, H-D va suivre sa propre voie et cultiver son image U.S.

Ce sont alors les constructeurs nippons qui vont tenter d’imiter les motos produites à Milwaukee et le bruit typique, si particulier, du V-Twin U.S.

DSC_3155

Cet exemplaire est entièrement d’origine et n’a jamais été restauré.

Il a importé des U.S.A. et homologué par Michel Borie, représentant de la marque pour la France, à l'époque.

Le compteur affiche 4 619 miles, kilométrage d’origine certifié.

DSC_3171

La moto a connu trois propriétaires, dont deux stars françaises du show-business.

 

La moto a récemment fait l’objet d’une grosse révision et d’une remise en route :

- réglages moteur

- vidange + filtre à huile

- pose d'un filtre à huile additionnel

- pneumatiques neufs

- transmission secondaire neuve

- batterie neuve

- joints spis de fourche neufs

DSC_3198

L'expertise réalisée en septembre 2020 tient compte de l'état exceptionnel et de l'historique spécifique de cette XLCR.

DSC_3147

KB Style

Tous droits réservés
Septembre 2020

tristique Lorem ipsum ut venenatis, Aenean venenatis efficitur. Praesent odio at