Triumph Bonneville T120R 1968

Précision, puissance, performances.  La Bonneville, sûrement la routière la plus puissante et la mieux équipée de la production actuelle''

Publicité Triumph, 1968

DSC_5177

Pour la Triumph Bonneville, 1968 correspond à une année charnière.

La marque de Meriden apporte deux améliorations majeures à son modèle phare :

- les carburateurs Amal Concentric remplacent les monoblocs Amal

- un nouveau frein avant à double came, baptisé 8 "TLS", remplace l'ancien "SLS"

L'année 1968 constitue surtout l'apogée de la carrière de la "Bonnie".

A cette époque, ses performances valent encore à la T120 d'être considérée comme l'une des meilleures motos.

Sinon, la meilleure moto du monde.

La vérité de 1968 ne sera plus celle de l'année suivante, avec l'arrivée de la Honda CB 750.

Une machine révolutionnaire, qui définie, pour longtemps, de nouveaux critères de performance et de fiabilité.

Face au 4 cylindres en ligne de 63 CH de sa concurrente nippone, la T120 anglaise ne peut rivaliser, avec son "vieux" twin vertical et ses 47 CH.

DSC_5189

Mais revenons à l'année 1968.

La Triumph propose deux versions de la Bonneville :

- T120R : Roadster

- T120C : Scrambler

On notera l'abandon au catalogue de la "TT Special", modèle jusque-là réservé à la compétition.

D'importants changements sont apportés au moteur :

- pistons Hepolite, avec fonderie renforcée

- ressorts de soupapes extérieurs "Grey Spot" permettant une levée de soupape plus élevée - les anciens "Red Spots" ont été abandonnés dès l'année précédente.

- culbuteurs renforcés (à partir du moteur DU79965)

- écrous du bloc-cylindres renforcés

- déplacement de l'orifice permettant de visualiser le PMH (à partir du moteur DU66246)

- modification du volant sur lequel figure 2 crans : un cran au PMH et un à 38 degrés

- nouveau carter primaire (à partir du moteur DU83021) avec plaque d'inspection amovible sur le stator et repères de synchronisation

- rupteurs réglables indépendamment (Lucas 6CA)

- transmission modifiée

- diode Zener adossée à un petit radiateur à ailettes et fixée sur le té inférieur

DSC_5152

Le châssis évolue en début et en cours d'année :

- tube AV de section plus importante (à partir des moteurs DU75430/DU75449)

- bras oscillant renforcé (à partir du moteur DU81196)

- axe de bras oscillant renforcé

- nouvelle fourche, avec modifications internes

- suppression du frein de direction

En 1968, l'apport du double came est incontestable.

La grande nouveauté du modèle 1968 reste cependant le frein AV à double came, baptisé 8 TLS :

- 8 pour son diamètre de 8"

- TLS pour Twin-Leading-Shoe

Triumph utilise encore une version modifiée de l'ancien moyeu à simple came.

La flasque de frein se voit dotée d'une importante prise d'air.

Cette Triumph Bonneville T120R est un modèle 1968, initialement commercialisée au Canada.

Elle comporte les évolutions propres au millésime 1968, et les particularités réservées aux motos destinées à l'Amérique du Nord :

- grand guidon

- petit réservoir d'essence, capacité 13,6 L

- porte-couronne restant en place lors de la dépose de la roue AR

La moto a fait l'objet d'une restauration complète en atelier spécialisé.

DSC_5187
DSC_5227

La technique

T120R : Roadster, échappements en bas

T120 C : Sreet Scrambler, échappements relevés, du côté gauche

Moteur : Bicylindre vertical calé à 360°, soupapes culbutées, refroidissement par air

Cylindrée : 649cc

Alésage x course : 71mm x 82mm

Taux de compression : 9,0:1

Carburateurs : 2 Amal Concentric 30mm

Puissance maxi : 46 CH à 6 200 tr/mn

Boîte de vitesses : 4 rapports, sélecteur à droite

Transmission primaire : par chaîne

Transmission secondaire : par chaîne

Cadre : métallique simple berceau dédoublé

Fourche télé-hydraulique

Bras oscillant

2 amortisseurs Girling

Frein AV : tambour double came 8"

Frein AR : tambour simple came 7"

Pneumatiques : AV 3.25" X 19" Dunlop K81 TT100

AR 4.00" X 18" Dunlop K81 TT100

Réservoir d'essence : 13,6 L (US)

Poids à vide : 165 kg

Vitesse maxi : 170 km/h

DSC_5199

Performante mais parfois fragile en usage intensif, la Bonneville se caractérise avant tout par le caractère et le couple fabuleux de son moteur.

François-Marie DUMAS

DSC_5156

KB Style

Tous droits réservés

eleifend sit risus ipsum Sed suscipit