Kawasaki Z 1000 “Gosling One” from MAD MAX

DSC_2142
161158840_mad-max-jim-goose-sticker-decal-mfp-10cm-x-10cm

Le film MAD MAX est tourné en 1977.

Le réalisateur George MILLER et le producteur Byron Kennedy ne disposent que d’un très maigre budget : 350 000 US $.

Le système D est donc la règle n° 1 sur le plateau.

La production obtient le soutien de Kawasaki Australie qui offre les treize motos d’essais qui vont équiper la bande du Toecutter (Hugh Keays Byrne).

L’action du film se déroulant dans un futur post-apocalyptique, toutes les motos doivent être transformées.

George Miller s’adresse à un français installé à Melbourne, Bertrand Cadart, qui fabrique des carénages et des pièces en polyester.

Le nom de sa compagnie : La Parisienne engineering.

Cadart apparaît même à l’écran dans le rôle de “Clunk”, le motard demeuré qui joue avec un éléphant gonflable !

Pour des raisons budgétaires, c’est le même carénage qui équipe “Gosling One” la moto du policier de la route, Jim Goose et celle du Toecutter.

Ce carénage fabriqué par Cadart, s’inspire des carénages des courses d’endurance de l’époque.

La moto du policier est peinte en gris métallisé,  celle du Toecutter en noir.

“Gosling One” est une Kawasaki Z 1000 de 1977 ou plutôt une KWAKA comme l’indique le logo sur le réservoir.

Outre son carénage intégral, la moto est équipée de roues à 7 branches en alliage, de marque Morris : faute de budget, la production n’a donné son accord que pour l’achat d’une seule paire de roues. Aussi, la moto est-elle systématiquement remontée avec des roues à rayons pour les scènes de cascades, les rayons étant entourés de papier aluminium pour donner l’illusion de roues à bâtons.

Pour le film, les pneumatiques d’origine sont remplacés par des Dunlop K91, qui constituent une monte "futuriste" à l’époque.

Selon les plans, la moto est équipée de carters moteurs alu (comme à l’origine) ou peints en noirs, afin d’éviter de refléter les projecteurs.

La scène de la poursuite et de l’accident a été tournée à plus de 180 km/h : le cadreur était assis à la place du passager, sans casque, avec une caméra 35 mm à l’épaule.

Après deux mois d’un tournage épuisant, la production, toujours à court d’argent, tente de revendre les sept motos ayant survécu aux cascades, pour 5000 $ le lot. Aucun acquéreur ne veut des ces tas de ferraille et les motos partent à la casse où elles sont mises en pièces.

6060-1386116183-4b93c8515b6f8ff4bc1b0af8cbbd5c7a
IMG_1213
1b7353e5ac4a619caeb21cf1c5124ba0
IMG_1212
140050-11779-1
bike06b
steve_bisley

L'acteur Steve Bisley, "Jim Goose", en 1979

 

kawa10005495mz.3633
Steve+Bisley+Celebrities+Attend+Australian+kFZne55Uy_ql

                                                                                                                            Steve Bisley à Sydney, en 2010

DSC_1983

Cette “Gosling One” replica est une Kawasaki Z1000 identique à la moto utilisée dans le film.

Elle a été restaurée pour participer à l’expo “Les motos et le cinéma” au Salon du 2 roues de Lyon, du 13 au 16 février 2020.

Le carénage similaire à celui d’origine a été spécialement fabriqué pour cette occasion par Air-Tech Streamlining, à Vista, Californie.

 

Thank you Max for your help !

 

Le pare-brise est spécifique, il a été fabriqué par Gustafsson Plastics, à St. Augustine, Floride.

 

Thank you Phillip !

 

La carrosserie complète a été repeinte aux couleurs de la moto du film.

Elle comporte les mêmes stickers que la moto du film.

Les roues à 7 branches, similaires à celles de la moto du film, ont été repeintes en gris métal.

L’échappement 4 en 2 chromé à sorties croisées, très spécifique, est identique à celui de la moto du film.

Les pneumatiques Dunlop sont neufs.

La moto est équipée d’une sirène et d’une radio CB d’époque.

Cette Z 1000 totalise 36 000 km d’origine.

DSC_1985

Prix de vente : 12 800 € TTC

Les pièces de la partie-cycle après mise en peinture
Les pièces de la partie-cycle après mise en peinture

Montage du carénage et de la selle avant mise en peinture.

La moto a encore ses roues d'origine à rayons.

DSC_1970

La moto avec ses roues en alliage à 7 branches peintes en gris alu.

L'échappement 4 en 2 avec silencieux courts.

Les commandes reculées en alu usiné dans la masse.

Pas vraiement d'époque, mais tellement belles.

DSC_1975

Le tableau de bord avec ses compteurs neufs.

DSC_1977

Moteur et carburateurs restaurés.

Pipes d'ammission et manchons de filtre à air neufs.

La carrosserie de retour de peinture.

IMG_2834

Installation de la carrosserie peinte, des stickers, de la selle et de la sirène.

IMG_2805

Le tapis de sol "Jim Goose".

 

 

 

 

 

 

KB STYLE

Janvier 2020

Tous droits réservés

DSC_2210

Les autres articles du Dossier Les motos et le cinéma

IMG_2755

Salon du 2 roues de Lyon 2020 , expo : les motos et le cinéma

DSC_2203

Kawasaki GPZ 900 Ninja from TOP GUN

DSC_2159

La Kawasaki 100 des “Aventures de Rabbi Jacob”

DSC_0047-1

La 350 Motobécane de “La Gifle”

Les Kawasaki de “L’Agression”

Les Kawasaki de “L’Agression”

DSC_0061-1

La Kawasaki Z1300 de “Mesrine, l’ennemi public n°1”

DSC_2100

Les Kawasaki du “Grand Bazar”

DSC_2171

750 H2, T500 Cobra, 360 RT2 : les motos de “Quelques messieurs trop tranquilles”

DSC_2189

La Kawasaki 900 Z1A de “Peur sur la ville”

DSC_2212

La Kawasaki 750 H2B du “Gitan”

vulputate, velit, commodo neque. eget consectetur venenatis