Prépa W 800 2019 … by KB Style

 

La nouvelle Kawasaki W 800 est une moto sympathique.

Et peut-être perfectible.

Cela suffit pour nous donner une très forte envie de prépa W 800 … by KB Style.

kb-style-w800

La Kawasaki W 800 2019 est désormais homologuée Euro 4.

Par rapport à l’ancienne W 800, commercialisée entre 2011 et 2016, la W 800 "new generation" a troqué son frein AR à tambour pour un frein AR à disque.

Ce qui lui permet d'être équipée d'un freinage tout ABS.

Ses pots d’échappements chromés conservent le même "old style", ils sont maintenant catalysés.

Les coudes d’échappement sont équipés de sondes Lambda reliées au boîtier ECU.

 

La W 800 2019 développe 46 CH à 7000 tr/mn (48 CH à 6500 tr/mn pour la W 800 2011/2016).

En France, elle est éligible au permis A2.

Elle pèse 221 kg à sec (216 kg pour la W 800 2011/2016).

 

A titre d'info, la W 650 de 1999 développait 50 CH et pesait 195 kg.

La 650 W2 de 1968 sortait 53 CH pour 181 kg. 

 

A l’usage, la W 800 se révèle saine, simple et agréable.

Le moteur très souple, est disponible dès les plus bas régimes sans caler ni même cogner.

Le tableau se gâte à haute vitesse : la tenue de cap devient imprécise et il faut parfois s’asseoir sur le siège passager pour endiguer les louvoiements.

Le moteur manque d’allonge et de souffle.

Autrement dit de puissance.

 

En utilisation normale, le freinage semble suffisant et permet de placer aisément le train AV en entrée de virage.

Les suspensions un peu dures et les pneumatiques méritent sans doute quelques améliorations.

Le moteur dont la puissance a été encore réduite par l’adoption des catalyseurs semble bridé, l’absence de sonorité des échappements venant renforcer cette impression. 

kb-style-w800_04

 

 

kb-style-w800_05

 

La position basse des guidons multi-position rend la conduite fatigante et les poignets douloureux.

A vitesse soutenue, l'effet du carénage tête de fourche est quasi inexistant : la bulle basse n'a guère d'influence sur la protection du pilote.

En outre, la position avancée des repose-pieds semble incongrue par rapport à la position basse des guidons : on attendrait presque des commandes reculées ...

 

Dans ces conditions, la pose d’un grand guidon rendrait sans doute la conduite plus agréable et moins fatigante.

Dans ce cas, le carénage tête de fourche devra être supprimé.

 

Les silencieux d’échappement absorbent beaucoup de bruit et de puissance.

La suppression des catalyseurs permettrait de libérer le moteur, de réduire la consommation d’essence et de redonner un bruit normal aux échappements.

 

Quant au boîtier ECU ...

 

 

 

A suivre ...

 

 

KB Style

Décembre 2019

Tous droits réservés.

 

efficitur. risus dolor elit. leo. Sed dictum Donec consequat. ipsum Lorem quis