Kawasaki 1000 MK II 1980 « Japan Racer »

DSC_2549

Recette de "Japan Racer" aux petits oignons

Pour 2 personnes 

 

Prenez une 1000 MK II, millésime 1980, de préférence complète et en bon état.

Si possible élevée au grand air, sur les petites routes sinueuses de campagne plutôt qu'en ville. 

 

Déposez l'ensemble du train avant.

Ne conservez rien.

Remplacez les tés de fourche d'origine par des tés en alu 4G usinés dans la masse, que vous avez fait préalablement dessiner et préparer chez un usineur.

Choisissez un très bon usineur. 

Remontez les tés alu avec des roulements coniques neufs.

Graissez abondamment.

Entre les tés alu, faites coulisser des fourreaux de fourche inversés.

Choisissez des fourreaux pas trop gros, de la même marque que votre moto.

Fixez les fourreaux dans les tés, avec de la visserie hexacave inox neuve.

 

N'hésitez pas à soigner les détails :

- butées de direction en alu

- pontets de guidon usinés

- axe de colonne de direction réglable

- écrou central de fixation usiné 

 

Une fois les fourreaux en place, installez :

- une roue AV en 17' dont vous aurez fait polir les bords chez un polisseur à l'ancienne

Pour 2 personnes, comptez 10 à 12 kg pour la roue complète (au lieu de 17 kg pour l'origine)

- des étriers de freins AV - de préférence 4 pistons, c'est suffisant à l'usage et cela allège visuellement l'AV de la moto

- des disques de frein AV - choisissez des disques perforés "Wave", en forme de pétales. Là encore, cela donnera une impression visuelle de légèreté.

- un maître-cylindre à réservoir séparé, correspondant aux étriers

 

Pour le guidon, prenez un Renthal alu naturel, assorti aux tés de fourche, pour rester ton sur ton. 

En garniture : vous pouvez faire réaliser une platine alu recevant le bloc-compteur, le support de phare et l'optique H4.

Votre usineur vous fera ça sans problème.

 

Le train AV est maintenant en place.

Avant de prendre la route, n'oubliez pas de régler la précontrainte de la fourche en position "soft" : les suspensions modernes sont plus fermes que les fourches "spaghettis" à l'ancienne. Et à l'usage, vous pourrez toujours régler la précontrainte cran par cran.

  

Passons au train AR.

  

DSC_1750

Les tés sont en aluminium 2017 (ancien AU4G).

La colonne de direction est en aluminium trempé Fortal 7075.

 

Déposez l'ensemble du train arrière.

Là encore, il n'y a rien à conserver.

Remplacez le bras oscillant d'origine par un bras en alu, à la fois plus léger et plus rigide.

Graissez abondamment l'axe de bras oscillant.

Positionnez les combinés amortisseurs sur les platines d'ancrage supérieur que vous aurez préalablement fait installer par un soudeur.

Choisissez un excellent soudeur.

 

Une fois le bras oscillant en place, faites revenir :

- une roue AR en 17' dont là encore, vous aurez fait polir les bords et les flancs chez votre polisseur, à l'ancienne

Pour 2 personnes, comptez 12 à 14 kg pour la roue complète (au lieu de 19 kg pour l'origine)

- un étrier de frein AR - 2 pistons, largement suffisant à l'usage

- un disque de frein AR perforé "Wave", en forme de pétales, assorti aux disques AV

- un maître-cylindre à réservoir séparé, correspondant à l'étrier AR

 

N'oubliez pas de bien centrer la roue AR : c'est peut-être un détail pour vous, mais pour lui - le pilote - ça veut dire beaucoup.

Pour accompagner la roue AR, ne lésinez pas sur la chaîne secondaire, choisissez un bon cru.

Je vous conseille du 525 : résistant, fiable et long en bouche. 

J'ai connu un préparateur japonais qui en prenait au petit-déjeuner ...

Normalement, la chaîne secondaire, en 525, doit passer "fin" entre le bord du pneu AR et le tube du cadre.

  

DSC_2636

A suivre ...

dapibus non ipsum quis Phasellus mattis amet, vulputate, vel, mi, sem, in