Yamaha RD350LC type 31K

La Yam RD350LC est à la moto ce qu'est la 205 GTI à l'auto. Une bombe, celle qu'il fallait avoir ...

Moto Journal, 1980

DSC_4061

A la fin des années 60, il n'est pas rare que les possesseurs de Yamaha de route, coursifient leur machine avec des pièces racing, empruntées au modèle de compétition de la marque.

Un jeu de cylindres et deux pistons de 250 TD1, et votre YDS3s a des allures de moto de course.

Au début des années 70, quelques bonnes pièces de R5 vous permettent d'améliorer les performances de votre 250 RD ou 350 RD.

La situation se complique avec l'apparition des Yamaha TZ.

De vraies machines compé-clients, pensées pour la course :

- moteur à refroidissement liquide (à partir de 1974)

- suspension Cantilever issue du motocross (à partir de 1976)

L'écart devient trop important entre les machines de course et les modèles de route.

La clientèle ne s'y retrouve plus.

DSC_4032

Et Yamaha créa la RD350LC ...

Heureusement, au Salon de Paris, en octobre 1979, Yamaha présente la "Race Developped Liquid Cooled" qui fait l'effet d'une bombe.

Au propre comme au figuré.

Officiellement, la RD350LC dans sa version 4LO est une évolution de la 400RD.

En réalité tout est différent.

Tout est nouveau.

DSC_4036

La RD350LC : une TZ homologuée !

Une moto de course avec un phare et des compteurs.

Là où l'ancienne 400RD emmenait difficilement ses 171 kg au-delà de 170 km/h, la RD350LC affiche d'entrée d'autres ambitions : 143 kg et 184 km/h.

DSC_4030

Cette RD350LC est un modèle 31K de 1984, d'origine française, récemment restauré.

Introduit en 1983, le modèle 31K constitue la première grosse évolution de la RD350LC.

Les moteur est doté d'un système de valves à l'échappement, dénommé Yamaha Power Valves System, permettant de faire varier le diagramme des lumières d'échappement :

- avec des lumières de taille réduite, le moteur gagne en couple, en souplesse et en accélération

- avec des lumières de grande taille, la puissance est privilégiée

Le moteur 31K gagne en puissance : 59 CH à 9000 tr/mn (au lieu de 47 Ch à 8500 tr/mn pour la version 4LO de 1980).

La valeur de couple maxi est également en amélioration : 4,74 m.kg à 8500 tr/mn (au lieu de 4,1 m.kg à 8000 tr/mn, pour la 4LO).

Les échappements sont modifiés et de plus gros volume.

Le système de refroidissement liquide est équipé d'un thermostat.

La vitesse maxi atteind 188 km/h.

La partie-cycle de la 31K évolue à tous les niveaux :

- nouveau cadre + bras oscillant

- fourche télé-hydraulique à air

- amortisseur à compression variable

- roues en alliage permettant la monte de pneus tubeless

- disques de freins perforés

- frein AR à disque (tambour sur la 4LO)

- réservoir de 20 L (18 L sur la 4LO)

- carénage tête de fourche

- tableau de bord complet

- sabot moteur

- garde-boue AV

- dosseret de selle + feu AR

L'empattement est augmenté de 20 mm : 1385 mm (au lieu de 1365 mm pour la 4LO).

La masse évolue peu : 147 kg à sec (au lieu de 143 kg pour la 4LO).

DSC_4056

La coupe est pleine

Fort du succès commercial rencontré par la RD350LC, Yamaha France lance en 1981, une nouvelle épreuve de promotion, réservée aux possesseurs de RD350LC : la Coupe Yamaha Gauloise.

Le vainqueur se voit offrir un guidon en Championnat d’Europe au sein du Team Patrick Pons sur une Yamaha TZ.

Seules quelques modifications sont autorisées :

- dépose phare, repose-pieds passager, béquilles

- pose d'un carénage intégral

- utilisation de pneus Dunlop K181

Le 14 mars 1981, pas moins de 158 participants se présentent à Carole pour l'épreuve d'ouverture.

Les courses se disputent en lever de rideau des principales épreuves internationales françaises.

La Coupe Yamaha Gauloise se poursuit jusqu’en 1986.

Elle permet de découvrir de nouveaux talents, tels Frédéric Protat et Jean-Philippe Ruggia.

Le principe est rapidement repris par les importateurs Yamaha de plusieurs pays d’Europe.

En 1983, le nombre d’engagés est conséquent : Allemagne 240 , France 405, Angleterre 700, Suisse 70, Pays-Bas 120, Danemark 60, Suède 50 et Belgique 50, soit un total de 1700 concurrents !

En fin de saison, une manche européenne réunit les meilleurs pilotes de chaque nation.

Palmarès :

1981 : Thierry Rapicault

1982 : Philippe Robles

1983 : Philippe Pagano

1984 : Christian Andrieu

1985 : Jean-Philippe Ruggia

1986 : Richard Gauthier

La RD350LC de 1980 à 1995

La RD350LC première version (4LO) arrive dans les concessions françaises en juin 1980.

Elle reste au catalogue de l'imporateur français jusqu'en 1991.

1980 : 2 300 unités (4LO)
1981 : 1 702 unités (4LO)
1982 : 1 109 unités (4LO)
1983 : 2 336 unités (31K)
1984 : 1 090 unités (31K)
1985 : 675 unités (naked 1JF et carénée 57V)
1986 : 714 unités (1WT)
1987 : 338 unités (1WT)
1988 : 179 unités (3DH1)
1989 : 150 unités (3DH1)
1990/1991 : 132 unités (3DH1)

Au total, de 1980 à 1991, la RD350LC se vend en France à hauteur de 10 725 unités.

La RD350LC disparaît du catalogue de Yamaha France en 1992.

Elle reste commercialisée au Royaume Uni jusqu'en 1995.

DSC_4060

KB Style

Novembre 2020

Tous droits réservés.

in pulvinar id diam eget et, non tempus lectus