Molly Design : the « Lime Green » story

Début des années 60.

Brea, Californie du Sud.

Un gamin autodidacte, tout juste sorti du lycée, passe son temps à peindre des casques, des choppers, des trikes, des hot-rods, des dragsters et même des avions de tourisme ...

Il expérimente de nouvelles techniques et de nouveaux produits : aérographe, peintures candy, pearl, paillettes, dégradés, filets, etc ...

En 1965, à 21 ans, il crée sa première société : Paint by Molly.

Son nom : Rollin "Molly" Sanders

molly-2

On lui doit, entre autres :

- le vert "Lime Green" des Kawasaki de course

- la sérigraphie noire et blanc sur fond jaune des Yamaha America

- le restyling noir à bandes jaune et oranges de la Kawa Z1R TC turbo

Dans l'automobile :

- la Buick Century Turbo-6

- la Buick Grand National

- de nombreuses Toyota

- le logo "L" de la marque Lexus

Kawasaki : du rouge au "Lime Green" 

Les premières Kawasaki de course sont rouges.

Avec la 125 B8M "Red Tank", la marque d'Akashi récolte ses premiers succès, dans le Championnat de Cross, discipline très populaire au Japon.

En 1963, lors de la MFJ Hyogo Prefectural Motocross Race, Kawasaki place ses six pilotes aux six premières places.

La "Red Tank" est une machine essentielle dans l'histoire de Kawasaki.

Grâce à ses victoires, tout le monde au Japon connaît désormais cette marque qui fabrique des motos.

Et remporte des victoires.

67946091_10157265585374627_3619145258442424320_o - Copie

Pour acquérir un véritable statut de constructeur moto, Kawasaki doit augmenter son volume de production et se développer à l'international.

Le Continental Circus est un excellent vecteur d'image et de notoriété.

A partir de 1966, Kawasaki s'engage en Grand Prix avec la 125 KA2, qui arbore elle aussi une robe à dominante rouge.

Mais la firme d'Akashi n'a pas d'exclusive du vermillon : le carénage rouge/blanc de la Kawa se différencie mal du gris/rouge des Honda ou du rouge des MV Agusta.

Mieux vaudrait trouver un style, un coloris unique et original, facilement identifiable.

Sur le bord de la piste, comme au niveau marketing.

Après des débuts difficiles, Kawasaki décroche le titre mondial 125cc en 1969 avec Dave Simmonds.

L'usine se retire en fin de saison, ses machines continueront à rouler en Grand Prix aux mains de pilotes privés, jusqu'en 1974.

Dave Simmonds (Kawasaki) 1970 Ultra Lightweight TT

Kawasaki souhaite se recentrer sur le marché U.S. en plein essor.

Un nouveau team de course est créé pour participer aux 200 Miles de Daytona, épreuve phare du calendrier nord-américain.

Les machines sont des 350cc A7RS et des 250cc A1-AS d'usine.

Don Graves, National Sales Manager de K.M.C., la filiale U.S. de Kawasaki, et Phils Collins, Advertising Manager, se rendent à Brea, pour rencontrer ce peintre à la mode qui travaille pour de nombreux vendeurs de motos et de choppers, dont on peut voir les réalisations "flashy" dans les magazines.

Ils confient à Rollin "Molly" Sanders la mission de concevoir l'identité graphique des futures Kawa de course.

Et de définir un style nouveau, moderne, destiné à séduire la jeune clientèle U.S.

"Molly" Sanders soumet plusieurs projets aux responsables de K.M.C.

Le plus étonnant est le "Lime Green" qui reprend une teinte du constructeur auto American Motors, de 1969, issue de la gamme "Big Bad Colors" et baptisée "Big Bad Green".

Ce "vert citron" contrevient aux convenances de l'époque : les pilotes, superstitieux par nature, abhorrent la couleur verte, réputée porter malheur.

"Molly" Sanders, dépositaire de la contre-culture californienne des sixties, prend ainsi l'establishment à contre-pied.

Malgré le scepticisme des responsables de l'usine, le "Lime Green" est retenu. Il devient la couleur officielle du "Team Green", dévoilé à Daytona en mars 1969.

L'effet de surprise est total : les Kawa d'usine sont facilement repérables, par le public dans les tribunes comme par les mécaniciens sur le bord de la piste, à une époque où les écrans géants n'existent pas encore.

L'effet obtenu dépasse toutes les espérances et occulte le résultat sportif : c'est une Harley-Davidson qui s'impose aux mains de Cal Rayborn.

kawasaki-team-green-1969

A compter de cette date, le vert devient la couleur porte-bonheur des Kawasaki de compétition.

Les "Speed Blocks" de Yamaha America
Kenny-Roberts-1972-Daytona-200

En 1971, Don Graves recommande "Molly" Sanders à Ed Burke, responsable du centre de développement des produits Yamaha aux USA - et futur "père" de la V-Max.

A l'époque, les Yamaha de course sont rouge et blanc.

Sanders frappe un grand coup en imaginant le "Track Graphic" : les célèbres "Speed Blocks" noirs et blancs sur fond jaune, qui orneront durant des années les Yamaha U.S.

Les "Speed Blocks" décorent à la fois les motos et les combinaisons des pilotes.

Sur les réservoirs et les carénages, les "Speed blocks" sont inclinés vers l'avant, pour créer une impression de vitesse.

Sur les cuirs des pilotes et les vêtements du staff, les "Chain Blocks" sont droits.

Dans les padocks, ce nouveau design est rapidement surnommé "Bumblebee" en raison des couleurs noires et jaunes - évoquant les couleurs de l'abeille - et du bruit spécifique des moteurs deux temps - rappelant le bourdonnement des insectes.

Le succès est immense, notamment grâce aux performances des pilotes courant sous les nouvelles couleurs de la marque aux diapasons :

- Kenny Roberts (AMA Grand Champion National 1973 et 1974, Champion du Monde GP 500cc 1978, 79, 80)

- Pierre Karsmakers (Champion AMA Supercross 1973)

- Bob "Hurricane" Hannah (Champion AMA Supercross 1977, 78, 79)

Dans la foulée, "Molly" Sanders devient consultant pour Yamaha et intervient sur le design des motos de série - de 1976 à 1978.

La célèbre décoration "Track Graphic" sera reprise pour le 50e anniversaire de la marque d'Iwata, célébré en 2005.

Plus récemment, Molly crée la nouvelle palette de couleurs bleu cobalt Yamaha, devenue un succès du jour au lendemain dans le monde entier.

Hell-on-wheels-4
Kawasaki Z1R TC Turbo
1978-Kawasaki-Z1R-TC

La collaboration avec Kawasaki ne se résume pas au seul "Lime Green".

Quelques années plus tard, "Molly" Sanders propose une nouvelle déclinaison, cette fois orange : le Candy Root Beer Brown.

A la fin des années 70, Kawasaki se fourvoie dans l'échec commercial de la Z1R, puis le fiasco de la Z1R Turbo (1ère version) qui casse ses moteurs.

Alan Masek, ancien directeur commercial de K.M.C., fait de nouveau appel à Rollin Sanders et à sa société "Molly Design" pour sauver ce qui peut encore être sauvé.

Ainsi naît une icône : la Z1R TC noire à bandes dégradées oranges et jaune.

Signée "Molly Design".

s-l400
Toyota : "Yamahahauler"
history_03

A partir de 1974, Rollin Sanders se tourne vers l'automobile.

Il entame une fructueuse collaboration avec Toyota U.S. qui utilise ses talents pour promouvoir son pick-up.

Le résultat dépasse les espérances puisque le "Yamahauler" remporte de nombreux trophées.

Molly crée une déclinaison de couleurs jaune, orange et rouge qui ornera les Toyota pendant plus de vingt ans.

Molly travaille avec Toyota dans de nombreux domaines créatifs.

Il conçoit tout, des logos aux lignes de vêtements, en passant par le graphisme des voitures de course comme celui des camions Toyota Motorsports, le team compétition de la marque.

Bon nombre de ses idées seront reprises sur les modèles de série.

Vous ne pouvez pas différencier Toyota de Molly.

Les Unger, Directeur Sport Automobile Toyota U.S.

Buick Century Turbo-6
1977-Buick-Century-turbo-gn

En 1976, Rollin Sanders est sollicité par General Motors.

Le géant de Detroit veut dépoussiérer la marque Buick, à l'image vieillissante.

Le projet est mené par Gary Bryson, représentant de Goodyear en compétition et futur éditeur de la revue "Car Craft".

C'est Bryson qui avait présenté Rollin Sanders aux responsables de Yamaha America quelques années plus tôt.

L'équipe de Molly Design, dont Dan, fils de Gary Bryson, travaille d'arrache-pied :

- le bouclier AV en polyester est réalisé à la main

- un énorme bossage est rajouté sur le capot

- l'auto aborde une décoration spécifique noir, gris et orange

Molly Design dessine le logo turbo-6, symbolisant à la fois le B de la marque, Buick, le 6 du moteur V6 et le turbo. L'ensemble donne une image dynamique et performante.

Résultat : la vieille Buick Century s'est mue en véritable monstre, équipé d'un moteur 3,8 L R&D Bill Mitchell avec un turbo Kenne Bell.

Ce V6 turbo a juste fumé les pneus, peut importe la vitesse à laquelle vous alliez.

Gary Bryson, responsable Good Year Competition

Le succès de la Buick Century Turbo-6 est tel que General Motors commande un second prototype qui sera utilisé comme Pace Car lors de l'édition 1976 des 500 miles d'Indianapolis.

1976-buick-century-pacecarjpg
Buick Grand National
unnamed (3)

En 1980, Herb Fisher travaille en free-lance pour Chevrolet (filiale de G.M.) et dirige la branche Buick Special Products.

Fisher a déjà soutenu le projet Buick Century Turbo-6.

Il souhaite transformer l'essai et produire en série un véhicule dérivé de la Turbo-6 et demande à Rollin Sanders d'imaginer une Buick "qui ait la saveur d'une vraie voiture de course Grand National ..."

Grand National est le nom historique du championnat NASCAR.

Sur la base d'une Buick Regal, Rollin Sanders réalise un prototype entièrement rouge, baptisé Buick Grand National, qu'il dévoile dans la cour de l'usine, au grand étonnement du personnel de la marque :

- la caisse est abaissée

- un spoiler est rajouté au bas du bouclier avant, un aileron à l'arrière

- les chromes sont remplacés par du noir de jais

- la carrosserie est peinte en rouge vif

- la grille de calandre est modifiée

- la moulure BUICK au-dessus de la calandre est supprimée

- les roues de style NASCAR, en acier, sont peintes en gris et fournies par Junior Johnson

- les pneumatiques sont des Good Year Eagle NCT, 245/60 à l'AV et 255/60 à l'AR

- le logo GN est brodé dans l'appui-tête

- la sellerie est redessinée en gris et noir avec une bande rouge

- des emblèmes Buick sont rajoutés au bas des portes et sur le coffre

Buick expose ce concept-car à travers tout les Etats-Unis.

L'enthousiasme suscité par la Buick Grand National est tel qu'il convainc les décideurs de General Motors.

Toutefois, le Directeur Général de Buick, Lloyd Reuss, considère que le rouge est la couleur de Pontiac.

Il décide que la Buick Grand National sera commercialisée en noir.

La Buick Grand National sera produite jusqu'en 1987.

Elle deviendra un monument de la production automobile U.S.

1987-regal-grand-national-cx5605-0062r-1539356246

Une fois, alors que Sanders ne pouvait pas obtenir ce qu'il voulait des ingénieurs de Buick, il a pris une de leurs voitures et a coupé le toit - c'est-à-dire abaissé le toit et rétréci les vitres - pour montrer comment ils pouvaient améliorer les lignes de la voiture.

Herb Fisher, Buick Special Products

c5403-0007-1539356247
L comme Lexus
lexus-sign

En 1986, Toyota souhaite développer une nouvelle marque pour commercialiser ses véhicules de luxe.

Le nom LEXUS est retenu parmi 219 propositions, à partir du nom "Alexis", réduit à "Lexis" et enfin "Lexus" - au détriment de noms comme Verone, Chaparel, Vectre et Calibre.

L'emblème Lexus doit être immédiatement reconnaissable.

Imaginé par Molly Design, le logo Lexus est un "L" stylisé entouré d'un ovale au fini gris acier.

La couleur représente la créativité, la perfection, la sophistication et la modernité.

La forme du "L" ne reprend pas la même police de caractères utilisée pour le nom complet de la marque.

Le logo se compose de courbes lisses et ovulaires qui capturent "la qualité arrondie et aérodynamique des véhicules Lexus".

La forme du logo suit également une formule mathématique précise.

Le Logo Lexus est dévoilé à grands effets de publicité, le 31 décembre 1987.

lexus-logo-billboarfd-2019
Rollin "Molly" Sanders : 1944-2010
unnamed (5)

En 2009, Rollin Sanders, 65 ans, reste fidèle au look californien décontracté, et aux "Speed Blocks" qu'il a imaginés pour Yamaha America.

303430_3371608382318_1435900827_n
526801_3371627942807_470384163_n

Rollin Sanders et Gary Bryson

- en 1970, à la lecture du magazine Hot Rod

- en janvier 2010

Rollin "Molly" Sanders est décédé le 16 mai 2010.

IMG_5535-s

KB Style

Tous droits réservés.

at suscipit libero nec dictum efficitur. ut porta.