Accueil > Motos Restaurées > Z900 A4 - 1976 > Kawasaki Z900 A4 1976 - n° Z1F 108 781

Série n° Z1F 108 781
moteur n° Z1E 125 253

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-000

Cette moto a fait l’objet d’une restauration complète en 2016.

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-001

Elle a été exposée sur le stand du Club 900 Z1 lors de l’édition 2016 du Salon Moto Légende (Novembre 2016).


Chapitre 1 : moto restaurée

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-002

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-003    KAWASAKI Z900A4 n 108 781-004

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-005

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-006

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-007

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-008

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-009     KAWASAKI Z900A4 n 108 781-010     KAWASAKI Z900A4 n 108 781-011

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-012

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-013

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-014

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-015

KAWASAKI Z900A4 n 108 781-016  KAWASAKI Z900A4 n 108 781-017  KAWASAKI Z900A4 n 108 781-018

Chapitre 2 : avant restauration

La moto est arrivée de Savoie par transporteur.

Elle semblait dans un bon jus d’origine.

Le cadre portait la mention KHI DGM 13235 OM, ce qui nous amène à penser que la moto avait été initialement commercialisée en Italie.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers2La moto était équipée d’un échappement 4 en 1 adaptable qui ne sera pas réutilisé. Elle m’est arrivée sans échappement.

Pour effectuer un essai routier, j’ai donc installé une ligne d’échappement neuve.

Lors de son installation, j’ai constaté que la patte de fixation côté gauche était rentrée vers l’intérieur de la moto, les échappements n° 1 et 2 touchant la vis d’ancrage inférieur de l’amortisseur.

La moto affiche 25 794 km d’origine ce qui me semble plausible.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers3

Elle est équipée de combinés amortisseurs Koni, de pare-carters et de pneumatiques Dunlop GT 501 (le pneu AR usé, a un profil « carré »).
Pour le reste la machine est complète.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers4

Le réservoir en peinture d’origine, présente un léger enfoncement du côté droit (à l’emplacement de l’emblème Kawasaki).
Le dosseret est rayé sur le dessus.

Les caches latéraux sont en bon état mais leurs caoutchoucs de fixation sont HS.
La peinture du bras oscillant est endommagée au droit du bac batterie, du fait d’un écoulement d’acide.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers5

Les vis de fixation du té supérieur ont été remplacées par des vis hexacaves avec écrous freinés (montées à l’envers). Le té supérieur ne sera pas réutilisable en l’état.

Les passe-câbles d’origine ont été déposés.
Le moteur présente une fuite d’huile à l’avant, au niveau du joint de culasse.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers6

La moto est équipée d’un plateau d’allumage d’origine (avec rupteurs et condensateurs). Elle démarre facilement au kick, la batterie ne tenant plus la charge.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers7

A froid, le moteur fume abondamment, surtout sur les cylindres n° 1 et 2.
Cette fumée s’estompe progressivement lorsque le moteur atteint sa température de fonctionnement normale.

A l’utilisation, le moteur prend correctement ses tours mais il s’avère assez creux et manque de couple.

Ce constat est confirmé par la prise des taux de compression qui témoigne d’un moteur apathique :
  • Cylindre n° 1 : 5,75 kg/cm²
  • Cylindre n° 2 : 5,80 kg/cm²
  • Cylindre n° 3 : 6,95 kg/cm²
  • Cylindre n° 4 : 6,70 kg/cm²

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers8

Après un essai routier de 26 km en parcours mixte (ville/autoroute), les tubes d’échappement neufs des cylindres n° 1 et 2 sont anormalement bleuis témoignant d’une température élevée en sortie de culasse, sans doute due à un mauvais fonctionnement de la rampe de carburateurs.

La coloration des tubes d’échappement des cylindres n° 3 et 4 n’a pas changé d’aspect.

kawa-z900A4-1976-z1F-devilliers9

Au niveau du comportement routier, la machine est agréable à basse vitesse mais louvoie anormalement en grande courbe et à haute vitesse.

Dans un premier temps j’ai pensé que le pneu AR était dégonflé mais ce n’est pas le cas. De plus les Dunlop GT 501 sont particulièrement sensibles aux défauts de revêtement.

Au-delà de 150 km/h la machine devient délicate à piloter. Il est possible qu’il y ait du jeu dans la direction et/ou dans les roulements du bras oscillant.