Accueil > Motos Restaurées > Autres marques > Norton Commando 750 FASTBACK n° 133 289

Moteur n° 133 289
Date de 1ère mise en circulation : 01/01/1969
Kilométrage d’origine : 15 634 miles
Carte grise française

norton-commando-750-FASTBACK-133289

Restauration partie-cycle :
  • Peinture cadre, bras oscillant, tés de fourche, bac batterie, supports repose-pieds, béquilles (finition noir brillant)
  • Kit de conversion Isolastic
  • Roulements de direction

norton-commando-750-FASTBACK-133289-2
  • Roues alu DUNLOP, rayons neufs, moyeux polis

norton-commando-750-FASTBACK-133289-4
  • Compteurs, Voltmètre, guidon, rétroviseur, câbles, phare chromé
norton-commando-750-FASTBACK-133289-5
  •  Leviers, starter, poignée de gaz
norton-commando-750-FASTBACK-133289-7
  • Fourche Roadholder, soufflets, joints spis
norton-commando-750-FASTBACK-133289-8
  • Echappements complets + colliers
norton-commando-750-FASTBACK-133289-9
  • Peinture carrosserie
norton-commando-750-FASTBACK-133289-10
  • Selle Fastback

norton-commando-750-FASTBACK-133289-11
  • Transmission secondaire, carter de chaîne poli
  • Faisceau électrique
  • Allumage électronique
  • Bobine HT
  • Batterie
norton-commando-750-FASTBACK-133289-12
norton-commando-750-FASTBACK-133289-13

Restauration moteur :
  • Surfaçage culasse
  • Guides de soupapes essence sans plomb
  • Rectification + rodage sièges de soupapes
  • Soupapes admission et échappement
  • Ressorts + coupelles
  • Réalésage cylindres
  • Pistons + segments
  • Rectification portées de vilebrequin
  • Equilibrage vilebrequin
  • Coussinets de bielles
  • Roulements de vilebrequin
  • Arbre à cames
  • Distribution (chaîne + tendeurs)
  • Carburateurs AMAL
  • Disques d’embrayage
norton-commando-750-FASTBACK-133289-14

norton-commando-750-FASTBACK-133289-15

norton-commando-750-FASTBACK-133289-16


Caractéristiques techniques
Moteur 4 temps bicylindre face à la route à distribution simple ACT commandé par chaîne simple, deux soupapes par cylindre
Alésage et course 73 x 89 mm
Cylindrée 745 cm3
Rapport de compression 8,9 à 1
Dispositif électrique alternateur 12 V
Allumage Batterie-bobine
Démarrage kick
Carburateurs 2 AMAL à cuve concentrique 30 mm
Puissance 56 CH (SAE) à 6 500 tr/mm
Boîte de vitesse 4 rapports
Suspension AV fourche télé hydraulique Roadholder
Suspension AR amortisseurs hydrauliques Girling
Roues et pneumatiques AV 4 ,10 X 19 AR 4,25 X 18 
Frein AV Tambour à double came Diam : 203 mm
Frein AR Tambour à double came Diam : 178 mm
Poids à sec 181 kg
Capacité réservoir essence 15 litres
Vitesse maxi 187 km/h
norton-commando-750-FASTBACK-133289-17

Rappel historique :

En 1967, l’Angleterre est au plus haut.

Leader dans les domaines de la musique et de la mode.

A la pointe de l’innovation technologique.

C’est l’époque des Beatles, des Rolling Stones, de la mini-jupe et du chasseur Harrier à décollage vertical.

Mais l’industrie motocycliste britannique jusque-là dominante, amorce son déclin.

Le moteur vertical twin Triumph introduit par Edward Turner en 1937 n’a guère évolué en 30 ans.

Norton a suivi la voie inaugurée par Triumph avec son moteur 500cc Model 7, dont la cylindrée n’a cessé d’évoluer (600cc, 650cc, 750cc et même 850cc). Avec l’augmentation de la cylindrée, les utilisateurs ont également pu apprécier l’augmentation des vibrations, le sommet étant atteint avec le moteur 750 cc de Norton Atlas.

Pour tenter d’atténuer les vibrations de ses vertical twins calés à 360°, Norton met au point un ingénieux système dénommé Isolastic : le moteur, la boîte de vitesses et le bras oscillant constituent un ensemble solidaire, installé dans le cadre à l’aide d’un montage sur silentblocs. Ce système permet d’isoler le cadre des vibrations du moteur sans affecter la tenue de route de la moto.

Ce montage permet en outre d’incliner les cylindres vers l’avant, donnant un aspect plus moderne aux nouvelles Norton.

Malgré cela, les techniciens de la marque restent enracinés dans le passé : les soupapes sont encore actionnées par des poussoirs et des basculeurs, la boîte de vitesses et le moteur à montage séparé, sont reliés par une chaîne primaire triplex.

Les fuites d’huile sont inhérentes à ce type de conception.
Le nouveau cadre est complètement différent des anciens châssis Featherbed.

Norton a engagé un nouveau directeur, le Dr Stefan Bauer, natif d’Autriche. Celui-ci qualifie le châssis Featherbed d’élastique. Il lui
préfère un tout nouveau cadre de type double berceau surmonté d’une imposante épine dorsale constituée d’un tube de 57 mm de diamètre.
A la sortie de la Commando, les puristes de la marque sont déçus que le châssis Featherbed soit abandonné. Ils se montrent sceptiques quant aux qualités de la partie-cycle de la nouvelle Norton.

Pourtant, un bref essai suffit à démontrer que ces détracteurs avaient tort. La partie-cycle de la Commando se révèle au niveau des autres Norton, réputées pour leur tenue de route. Les vibrations sont désormais filtrées par le système Isolastic, ce qui permet de rouler plus vite et plus longtemps.

Le moteur peut même perdre ses vis, ses carburateurs ou ses silencieux d’échappement, le pilote ne ressentira rien de tout cela …

En passant de l’Atlas à la Commando, le bicylindre de 745 cc (73 X 89 mm) comprime désormais à 8,9 à 1 (au lieu de 7,6 à 1). Il est alimenté par deux carburateurs Amal concentriques de 30 mm de diamètre. La puissance du moteur passe de 49 CH à 56 CH, au régime de 6 500 trs/mn.

La boîte de vitesses restant inchangée, l’embrayage comporte 4 disques et un ressort à diaphragme. Ce système permet d’augmenter la pression exercée sur l’embrayage sans rendre son maniement trop dur au niveau du levier.

Le poids de la Commando est de 181 kg.
Son empattement de 1 441 mm.
Ses suspensions sont de bonne qualité : fourche Norton Roadholder et amortisseurs Girling.

En 1968, les performances de la Norton Commando sont d’un très bon niveau : la vitesse maxi est de 187 km/h, le 400 m départ arrêté est couvert en 13’.
C’est avant la présentation de la CB 750 HONDA.

A partir de 1971, la Norton Commando va voir sa puissance passer de 56 à 65 CH. Le nouveau moteur Combat, en option en 1972, comprime désormais à 10 à 1. C’est trop pour les roulements de vilebrequin qui ne résistent pas à cette augmentation de puissance : les moteurs cassent
les uns après les autres et l’usine est contrainte d’effectuer à grands frais, les réparations au titre de la garantie constructeur.

Le modèle Mark IV est introduit en 1972. Il est doté d’un moteur de type Combat et d’un frein avant à disque Lockheed. La plupart des Mark IV sont du type Roadster ou Interstate, mais l’usine produit encore des Fastback en très petite quantité.

Bien que d’une autre époque, la Norton Commando 750 Fastback possède les qualités d’une moto britannique classique au couple moteur caractéristique.
Son poids reste modéré, sa tenue de route excellente et son look indémodable.



norton-commando-750-FASTBACK-133289-18

Ce qu’il faut retenir de la Norton Commando 750 Fastback :
Le premier modèle de Commando, commercialisé en 1968, est un Fastback, connu sous l’appellation 20M3. Il est conçu par le designer David Bristow (Wolff Olins).

En 1969, la Commando est rebaptisée Fastback
Il existe quatre versions de Fastback, la dernière étant la Mark IV de 1972.

Tous les Fastback possèdent un réservoir d’essence en fibre de verre – des réservoirs en métal fabriqués en Italie sont également disponibles en option.
Le réservoir standard de Fastback possède une capacité de 15 L. En 1971, l’usine introduit un modèle Fastback LR (Long Range) d’une capacité de 18 L.
Environ 400 Fastback LR seront produites.

La Mark IV de 1972 est le seul modèle de Fastback à être équipé d’un frein à disque à l’avant. Tous les autres modèles de Fastback sont équipés d’un frein avant à tambour.

norton-commando-750-FASTBACK-133289-19

norton-commando-750-FASTBACK-133289-20

Evolution de la Norton Commando 750 :

1967
Présentation de la Norton Commando 750 au Salon d’Earl Court

1968
A partir du numéro moteur : 20M3 124 300
Les premières Commando étaient toutes des Fastback. L’angle de colonne est de 27°. L’entraînement du compte-tours se prend sur le carter de distribution. Les rupteurs sont dans un carter à la place de l’ancienne magnéto. Le moteur est identique au moteur de l’ATLAS mais en position verticale.

1969
A partir du numéro moteur : 20 M3 130 000
Apparition d’un tube renfort horizontal sous la poutre principale.

1970
A partir du numéro moteur : 20M3 134 700
L’entraînement du compte-tours passe à l’avant du cylindre droit. Les rupteurs sont logés à l’avant du carter de distribution et protégés par un couvercle en aluminium.
Apparition du modèle MK II Roadster : réservoir d’essence plus petit, selle plus fine et convexe.
Apparition du modèle MK II S (Scrambler) : petit réservoir d’essence en polyester, selle Roadster, échappements relevés et du même côté (modèle arrêté en1971).

1971
A partir du numéro moteur : 20M3 141 700
Changement des tés de fourche. Pneu avant plus large. Commodos électriques Lucas en aluminium.
Introduction du modèle SS, exclusivement réservé aux USA : les collecteurs d’échappements relevés partent de chaque côté de la moto, un petit sabot en tôle sous le carter moteur sert de protection, des reposes pieds repliables sont adaptés, le support de phare en tube chromé fait office de protection de l’optique Lucas de 5 ‘’ de diamètre. Un guidon style cross avec barre de renfort caractérise ce modèle.
Apparition du modèle MKIII Fastback LR (Long Range) proposé avec un réservoir en tôle, de plus grande capacité.

1972
A partir du numéro moteur : 200 001
Le reniflard moteur se déplace de la gauche de l’arbre à came à l’arrière et en bas du carter moteur (carter de droite).
Numéros de série simplifiés (disparition de l’appellation 20M3).
Apparition du modèle Combat : frein avant à disque, rapport volumétrique augmenté (culasse moins 1 mm), arbre à came 2S et carburateurs de 32mm.
Apparition des modèles Interstate et Hi-Rider.
Fin de la production du modèle Fastback en 1973.

1973
A partir du numéro moteur : 212 278
Roulements de vilebrequin modifiés. Cages de roulement en bronze. Frein à disque avant sur toutes les versions excepté Hi-Rider. Feu arrière Lucas carré.
A partir du numéro moteur : 300 000.
Cylindrée portée à 850 cm3 par augmentation de l’alésage (77mm). Nouveau cylindre et nouvelle culasse. Carburateurs de 32 mm. Montage d’un tube d’équilibrage sur les collecteurs d’échappement (balance). Filtre à huile monté devant le bras oscillant.
Tous les modèles sont désormais équipés de frein avant à disque.
A partir du numéro moteur : 306 591.
Modèle destiné à l’exportation Européenne conforme aux nouvelles normes antipollution et antibruit : nouveau filtre à air (plus petit) et nouveaux silencieux reconnaissables à leurs embouts noirs.

1974
A partir du numéro moteur : 307 311.
Pour les USA les anciens filtres à air et silencieux sont conservés. Roadster, Hi-Rider et Interstate.
MKIIA n’est produite que pour l’Europe et avec les spécifications Européennes.
Modèles Roadster et Interstate.
La John-Player Répliqua est introduite : production entre 200 et 250 exemplaires.

1975 à 1977
A partir du numéro moteur : 325 001
Modèle avec démarreur électrique, sélecteur de vitesse à gauche (obligatoire pour les USA à partir de 1975), vilebrequin plus long. Nouveaux carters moteur renforcés. Nouveau système Isolastic avec possibilité de réglages sans tout devoir démonter. Isolastic supérieur renforcé par le montage d’un ressort réglable en tension. Nouvel angle de colonne (28°). Cadre fabriqué en Italie (fermeture des usines Reynolds en 1974, ils ont toujours fabriqué les cadres de Norton !). Nouveau système de tension de chaîne primaire, nouveau circuit électrique (démarreur oblige), frein arrière à disque, nouvelles cocottes Lucas, nouvelle selle…

Source « Machines et moteurs »

norton-commando-750-FASTBACK-133289-21